Du prestidigitateur de Nature en 1988 à ceux du Lancet en 2020

15 novembre 2020

Jacques Benveniste vs John Maddox

On se souvient de la publication de Jacques Benveniste le 30 juin 1988 montrant une activité biologique à hautes dilutions. Les « investigations » organisées par l’éditeur de Nature, John Maddox avait pour but de torpiller les travaux du célèbre chercheur. John Maddox avait notamment utilisé les « services » du prestidigitateur Randi. Il le fit participer, fait unique dans l’histoire de la recherche scientifique, à cette inquisition. Maddox me répondait mi-septembre 1988 que le test de Benveniste utilisé pour observer ce phénomène ondulatoire n’était pas en cause pour détecter des allergies courantes . Ce test était largement utilisé depuis dix ans dans le monde entier en parfaite corrélation avec la détection des IgE spécifiques:

https://www.bernardsudan.net/jacques-benveniste-et-lerreur-fatale-de-john-maddox-editeur-de-nature/

Le lobby pharmaceutique panique

On comprend que le lobby pharmaceutique voyait d’un mauvais œil l’émergence d’un nouveau paradigme. Les traitements aux effets secondaires nous amèneront vers les multiples scandales Vioxx, Mediator ou Dépakine.

Jean-Marie Lehn au Conseil d’Administration de CIBA à Bâle

On se souvient que le Nobel de chimie, Jean-Marie Lehn, un opposant notoire aux travaux de Jacques Benveniste, se retrouvait au conseil d’administration de CIBA à Bâle. Il montrait bien comment les liens avec l’industrie pharmaceutique résonnent avec la situation que nous connaissons actuellement. Les liens d’intérêts de ceux qui défendent le remdesivir ou le potentiel « vaccin » de Pfizer contre la Covid-19 nous le prouvent.

« Science et Vie » condamné pour diffamation

Entretemps Jean-Marie Lehn avait tenté de passer une note du chimiste Jean Jacques dans les Comptes Rendus de l’Académie des Sciences. Il voulait essayer de trouver une explication au phénomène observé par Jacques Benveniste sans convaincre. Ses opposants n’avaient plus que la calomnie menant la revue « Science et Vie » à être condamnée en 1991 pour diffamation:

Le protocole réaliste de Didier Raoult

Nous retrouvons les mêmes méthodes utilisées depuis le début de la crise sanitaire due au SARS-CoV-2 dans la procédure pour torpiller le protocole de Didier Raoult (Hydroxychloroquine + azithromycine). Ce traitement est efficace et peu coûteux, utilisé par la moitié de la planète. Il nuit aux intérêts du lobby pharmaceutique n’ayant plus que des molécules toxiques comme le remdesivir. Les vaccins n’assurent aucune sécurité pour faire des bénéfices:

https://www.bernardsudan.net/remdesivir-vs-hydroxychloroquine-les-precautions-de-gilead/

Les prestidigitateurs du Lancet

Nous retrouvons le même scandale avec les prestidigitateurs de la revue britannique The Lancet qui publiait le 22 mai dernier une étude bidon. Il s’agissait de démonter l’utilisation de l’hydroxychloroquine permettant dans une machination incroyable au ministre de la « santé » Olivier Véran d’interdire l’utilisation de cette molécule en début d’infection. De plus il fallait permettre au lobby pharmaceutique d’imposer le remdesivir, néphrotoxique !

Ma réaction rapide sur Twitter

Je réagissais immédiatement sur Twitter pour dénoncer cette mascarade. j’avais déjà ridiculisé seulement six mois après la publication de Nature en 1988 une étude « en aveugle ». Le placebo contenait 1 mg de nicotine pour minimiser les effets secondaires dermatologiques des patchs à la nicotine:

La réaction de Véran dans les annales du ridicule

On peut voir le déroulement de cette mascarade du Lancet impliquant dans cette machination le ministre de la « santé » Olivier Véran. La « presse » soutenue par l’Etat et les milliardaires dont Bill Gates suivait le même chemin :

Le Monde emboite le pas

https://www.lemonde.fr/planete/article/2020/05/26/covid-19-le-traitement-a-l-hydroxychloroquine-pourrait-etre-suspendu-en-france_6040828_3244.html

Le Monde se ridiculise

https://www.lemonde.fr/sciences/article/2020/06/04/hydroxychloroquine-trois-auteurs-de-l-etude-du-lancet-se-retractent_6041803_1650684.html

Conclusion pour les prestidigitateurs

Les prestidigitateurs doivent rester dans leur domaine et ne pas se risquer en Science et en Médecine !

Bernard SUDAN
Bernard SUDAN

Ex Chef de laboratoire en toxicologie et pharmacologie LabHead Ciba-Geigy, CIBA, Novartis, Bâle, 1975-2006 Research Nicotine as a hapten in seborrheic dermatitis, The Lancet, British Medical Journal, British Journal of Dermatology, Food and Chemical Toxicology, « Nicotine and Immunology » in Drugs of Abuse and Immune Function Ronald R. Watson ed.

https://www.dermiteseborrheique.net

https://www.bernardsudan.net/

https://www.youtube.com/channel/UCeQB3vdsKeZU-E0zORZr0vQ?view_as=subscriber

https://blogs.mediapart.fr/bernard-sudan/blog/110720/dermite-seborrheique-et-fiasco-de-la-recherche-en-dermatologie

https://blogs.mediapart.fr/bernard-sudan/blog/170818/de-1887-2020-l-effondrement-du-dogme-de-la-dermite-seborrheique

Mes livres

Contact

Articles récents

Archives