Des composants de l’ortie piquante contre la rhinite allergique

Analyse phytochimique

Des chercheurs mexicains viennent d’évaluer les composants chimiques de l’ortie piquante Urtica dioica comme cible thérapeutique contre la rhinite allergique.

https://www.mdpi.com/1420-3049/29/8/1765

La rhinite allergique

La rhinite allergique est une maladie inflammatoire répandue qui touche des millions de personnes dans le monde. Les traitements actuels sont souvent associés à des effets secondaires importants. Pour rechercher des alternatives plus sûres et plus efficaces, les chercheurs ont donc tenté d’évaluer des sources naturelles comme Urtica dioica.

L’ortie piquante Urtica dioica

On peut retrouver un résumé concernant l’ortie piquante Urtica dioica et ses propriétés.

https://www.wikiphyto.org/wiki/Ortie

Les chercheurs se sont donc concentrés sur des alternatives plus sûres et plus efficaces, par exemple des sources naturelles comme Urtica dioica.

Investigations chimiques

Par conséquent, les chercheurs ont effectué une évaluation in silico des effets des composants phytochimiques de l’ortie piquante sur les cibles thérapeutiques connues de la rhinite allergique. Les cibles sont les suivantes : récepteur de l’histamine 1 (HR1), récepteur de la neurokinine 1 (NK1R), récepteur de la cystéine leucotriène 1 (CLR1), récepteur de type 2 (CRTH2) et le récepteur de la bradykinine 2 (BK2R). L’analyse d’amarrage moléculaire a identifié l’amentoflavone, l’alpha-tocotriénol, la néoxanthine et l’isorhamnétine 3-O-rutinoside comme possédant une affinité élevée pour tous les récepteurs.

Activité de ciblage

L’alpha-tocotriénol a montré une affinité élevée tout en induisant des changements conformationnels positifs sur toutes les cibles.

L’amentoflavone affectait principalement le récepteur CRTH2.

La néoxanthine ciblait les récepteurs NK1R, le CRTH2 et le BK2R.

L’isorhamnétine-3-O-rutinoside agissait sur le récepteur NK1R.

Conclusion de la recherche

Les résultats de cette recherche suggèrent le potentiel de l’ortie piquante à traiter les symptômes de la rhinite allergique en inhibant ces cibles. Notamment, l’alpha-tocotriénol apparaît comme un inhibiteur multi-cible prometteur. D’autres études in vivo et in vitro sont nécessaires pour la validation.

Application thérapeutique

L’auteur atteint d’une rhinite allergique aux pollens de platanes a écrit cette analyse tout en buvant une tisane d’ortie piquante. Il a été surpris de constater que son nez se libérait rapidement. Donc, voici la première observation clinique en direct !

Bernard SUDAN
Bernard SUDAN

Ex Chef de laboratoire en toxicologie et pharmacologie LabHead Ciba-Geigy, CIBA, Novartis, Bâle, 1975-2006 Research Nicotine as a hapten in seborrheic dermatitis, The Lancet, British Medical Journal, British Journal of Dermatology, Food and Chemical Toxicology, « Nicotine and Immunology » in Drugs of Abuse and Immune Function Ronald R. Watson ed.

https://www.researchgate.net/profile/Bernard-Sudan
https://www.dermiteseborrheique.net

https://www.bernardsudan.net/

https://www.youtube.com/channel/UCeQB3vdsKeZU-E0zORZr0vQ?view_as=subscriber

https://blogs.mediapart.fr/bernard-sudan/blog/110720/dermite-seborrheique-et-fiasco-de-la-recherche-en-dermatologie

https://blogs.mediapart.fr/bernard-sudan/blog/170818/de-1887-2020-l-effondrement-du-dogme-de-la-dermite-seborrheique

Mes livres

Contact

Articles récents

Archives