Un seul cas de thérapie génique (béta-thalassémie) et une ultime tentative de publicité pour le Téléthon : le triste résultat de la biologie moléculaire !

10 novembre 2010

Nous venons d’apprendre récemment que des chercheurs venaient de publier dans la revue Nature (1) le cas d’un patient atteint de béta-thalassémie et traité par thérapie génique… en évitant soigneusement de nous parler du futur traitement des millions de patients atteints de ce syndrome.

Extraits intéressants… publiés sur le site: http://www.genethique.org/revues/revues/2010/septembre/20100916.1.asp

« Le patient a subi une chimiothérapie afin de détruire sa propre moelle osseuse malade. 48h plus tard, les cellules souches modifiées lui ont été réinjectées par voie intraveineuse. »

« Au bout de 11 mois, il n’avait plus besoin de transfusion. C’est une grande avancée mais qui devra être confirmée avec d’autres patients », conclut le Pr Cavazzana-Calvo.

Pendant 11 mois…, combien d’injections de cellules souches modifiées ? Combien de recul  après ces injections de cellules souches modifiées et l’arrêt des injections ?

Tout est dit et on peut mieux comprendre la prudence exprimée ci-dessus car comment appliquer un traitement aussi lourd à des millions de patients atteints de béta-thalassémie !

La voie actuelle prise par la biologie moléculaire et les traitements de thérapie génique est une voie sans issue car non applicable à des millions de patients atteints d’une diversité incroyable de maladies. De plus, elle est fort coûteuse pour seulement un patient !

Mais il faut absolument donner de l’information au peuple qui commence à se poser des questions sur les orientations de la recherche. Le décryptage du génome humain devait déjà tout résoudre en 2000… et il n’a rien résolu !

A cette vitesse, il faudra plusieurs millénaires à la « recherche officielle » pour résoudre lourdement des maladies qui pourraient être résolues beaucoup plus simplement et sans traitements aussi coûteux (chimiothérapie, injections de cellules souches, etc.). On peut faire confiance à la revue Nature pour maintenir la stratégie actuelle de recherche… et occuper des millions de « chercheurs » sur de fausses pistes.Et Nature devrait également exiger des études en double aveugle contre placebo pour les « chercheurs » de la biologie moléculaire comme John Maddox l’avait exigé pour les expériences de Jacques Benveniste en 1988…

http://en.wikipedia.org/wiki/John_Maddox

http://fr.wikipedia.org/wiki/Jacques_Benveniste

La suite aux prochaines « informations » de David Pujadas pour nous conseiller la vaccination anti-H1N1 et la prise de Tamiflu disponible en pharmacie face à une pandémie imminente et inexistante…

(1) Transfusion independence and HMGA2 activation after gene therapy of human ß-thalassaemia. Marina Cavazzana-Calvo, Emmanuel Payen, Olivier Negre, Gary Wang, Kathleen Hehir, Floriane Fusil, Julian Down, Maria Denaro, Troy Brady, Karen Westerman, et al. Nature 467, 318-322 (16 September 2010)

Bernard SUDAN
Bernard SUDAN

Ex Chef de laboratoire en toxicologie et pharmacologie LabHead Ciba-Geigy, CIBA, Novartis, Bâle, 1975-2006 Research Nicotine as a hapten in seborrheic dermatitis, The Lancet, British Medical Journal, British Journal of Dermatology, Food and Chemical Toxicology, « Nicotine and Immunology » in Drugs of Abuse and Immune Function Ronald R. Watson ed.

https://www.dermiteseborrheique.net

https://www.bernardsudan.net/

https://www.youtube.com/channel/UCeQB3vdsKeZU-E0zORZr0vQ?view_as=subscriber

https://blogs.mediapart.fr/bernard-sudan/blog/110720/dermite-seborrheique-et-fiasco-de-la-recherche-en-dermatologie

https://blogs.mediapart.fr/bernard-sudan/blog/170818/de-1887-2020-l-effondrement-du-dogme-de-la-dermite-seborrheique

Mes livres

Contact

Articles récents

Archives