Influence du soleil sur l’eau, dépendance de la géométrie de la solution et de sa position dans l’espace

Influence du soleil sur l’eau

Le chercheur Igor V. Shevchenko a publié son étude concernant l’influence du soleil sur l’eau.

https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0167732223004841?via%3Dihub

Une recherche innovante

L’auto-organisation des molécules d’eau dans les amas d’eau dépend de l’activité solaire et de la position du Soleil dans le ciel.
La réactivité chimique des amas d’eau dépend de la surface de la solution dirigée vers le Soleil.
La vitesse des processus hydrolytiques dépend de la forme géométrique de la solution et de sa position dans l’espace.

Une observation originale

Ce phénomène dépend des variations de l’activité solaire et de la distribution de l’énergie solaire en raison de la rotation de la Terre autour de son axe et autour du Soleil. En conséquence, le taux d’hydrolyse du triéthyle phosphite dans les tubes multidirectionnels affiche non seulement des fluctuations quotidiennes, mais aussi de grandes fluctuations annuelles. Ainsi, ce processus chimique peut être utilisé pour déterminer l’activité solaire à différents endroits sur la Terre et suivre les changements dans la direction du flux de muons.

Les pyramides égyptiennes

Étant donné que l’intensité du flux de muons dépend du terrain, le rapport des taux entre les tubes dirigés différemment devrait également être différent.

Par exemple, il y a une différence au sommet d’une montagne ou dans une gorge.

Des méthodes physiques ont déjà enregistré l’absorption des muons par les structures civiles. L’exemple le plus connu est l’étude de l’une des pyramides égyptiennes par des muons. Le chercheur l’avait confirmé par le fait que sur le toit et à l’intérieur de grands bâtiments, ainsi qu’à côté d’eux à différents endroits sur le sol, les taux d’hydrolyse du phosphite de triéthyle dans l’acétonitrile sont différents et le rapport des taux dans les tubes multidirectionnels n’est pas non plus le même.

https://www.science.org/doi/10.1126/science.167.3919.832

Bernard SUDAN
Bernard SUDAN

Ex Chef de laboratoire en toxicologie et pharmacologie LabHead Ciba-Geigy, CIBA, Novartis, Bâle, 1975-2006 Research Nicotine as a hapten in seborrheic dermatitis, The Lancet, British Medical Journal, British Journal of Dermatology, Food and Chemical Toxicology, « Nicotine and Immunology » in Drugs of Abuse and Immune Function Ronald R. Watson ed.

https://www.dermiteseborrheique.net

https://www.bernardsudan.net/

https://www.youtube.com/channel/UCeQB3vdsKeZU-E0zORZr0vQ?view_as=subscriber

https://blogs.mediapart.fr/bernard-sudan/blog/110720/dermite-seborrheique-et-fiasco-de-la-recherche-en-dermatologie

https://blogs.mediapart.fr/bernard-sudan/blog/170818/de-1887-2020-l-effondrement-du-dogme-de-la-dermite-seborrheique

Mes livres

Contact

Articles récents

Archives